mardi 1 novembre 2011

Une amitié particulière (1)


Nous ne pouvons pas écrire ce blog sans vous parler de notre amitié bien particulière avec un couple d’amis, amitié qui a été et est toujours une source importante d’érotisme dans notre couple.

C’est une histoire un peu longue, que nous allons présenter en plusieurs épisodes, afin notamment d’en montrer la progression qui se déroule sur un peu plus d’un an. Le titre de ce premier épisode pourrait être une entrée en matière prometteuse.

Il faut remonter près de 6 ans en arrière pour revenir à l’origine de cette histoire.

A l’époque nous sommes en expatriation dans ville que nous appellerons San Gorasa ; Marc et Sophie, un couple sensiblement de notre âge, des enfants habitent une maison voisine de la notre. Par ailleurs Carole et Marc se côtoient régulièrement dans leur environnement professionnel. Il faut préciser qu’au début de cette histoire, Marc et Sophie ne sont pas encore ce que l’on peut appeler des amis, au sens noble du terme, ce sont juste des connaissances, des copains que nous apprécions côtoyer à l’occasion des diverses soirées et autres sorties à la plage.

A San Gorasa, La communauté française est relativement réduite ; les fêtes de fins de semaines sont fréquentes, et souvent l’occasion de se retrouver. Tout a commencé innocemment à l’occasion d’une de ces soirées. Carole, souvent perçue au premier abord comme une jeune femme sérieuse et pas trop coquine, aime se lâcher de temps en temps pour surprendre un peu l’auditoire. Après quelques verres, et la soirée se passant plutôt bien, alors que nous sommes en conversation avec Marc, Carole lui lance sur le ton de la rigolade une boutade dont elle a le secret :

« -Et les soirées échangistes de San Gorasa tu connais ? »

C’est un sujet que nous avons déjà évoqué Carole et moi ; nous demandant souvent qui dans notre entourage est un peu plus coquin qu’il n’en a l’air, ou bien où se passent les soirées chaudes de la ville.

Carole se plaît à me rappeler que finalement c’est grâce à elle que tout a commencé, et que notre relation avec Marc et Sophie n'aurait pu ne jamais évoluer si elle n’avait pas, ce soir là, posé cette surprenante question.

Car en effet, ne semblant guère surpris ni choqué par la question de Carole, Marc, sans se démonter, répond qu’il ne connaît pas les soirées coquines de San Gorasa, mais qu’en France, il fréquente régulièrement avec son épouse une boite libertine de leur région. Pour s’expliquer un peu, par rapport à son annonce qui pourrait en surprendre voire en choquer plus d'un, il précise qu’ils se sentent bien dans ce type de club; ils en apprécient l’ambiance car sa femme peut s’y habiller comme elle le veut, c'est-à-dire féminine et sexy, sans se faire importuner à tout bout de champs.

Pour le coup, c’est plutôt Carole qui est surprise, et prise à son propre jeu. Nous ne posons donc pas trop de questions, et la discussion passe curieusement vite sur autre chose. Cependant, au cours de la soirée, Sophie, apprenant de Marc les révélations qu'il nous a faites et craignant certainement que nous n'en fassions un mauvais usage, vient nous voir pour nous avouer qu'elle est plutôt gênée que son mari nous ait parlé de tout cela. Nous la rassurons vite en lui disant que nous serons muets comme des tombes, et que nous n’avons pas pour habitude de colporter des choses sur nos connaissances. Dans le fond, ses craintes sont plutôt justifiées, tant il est vrai que dans le microcosme dans lequel nous vivons, certains se font un plaisir de parler sur les autres en se permettant même parfois de les juger, souvent sur des idées fausses d’ailleurs; et nous ne nous connaissons pas suffisamment pour qu’elle puisse être certaine de notre silence. Pour appuyer le fait qu’elle peut avoir confiance en nous, nous lui précisons, sans en divulguer trop, que nous aussi nous avons nos petits secrets en matière de sexualité, et que donc nous serions mal placés pour parler sur leur compte.

Cela en reste là, et nous n’en reparlons pas pendant quelques temps ; surtout que nous entrons dans une période de vacances, et que chaque famille part de son côté pour deux semaines. Suite à leur voyage, Marc et Sophie nous ramènent des petits cadeaux que l’on pourrait qualifier d’un peu coquins : de la crème en bombe pour s’enduire mutuellement et jouer à de petits jeux de langues, et une paire de bas et un porte-jarretelles noir pour Carole ; en précisant qu’elle doit les porter à notre prochaine soirée ensemble. Cela me plaît beaucoup, car j’adore voir Carole parée de la sorte, surtout que je n’en ai que très rarement l’occasion.

Assez rapidement après, nous sommes invités chez eux pour un repas à quatre. Carole doit tenir ses engagements, et elle choisi une robe noire boutonnée sur le devant pour accompagner sa tenue. Je lui rappelle que nos amis n’ont pas joint de string ou culotte avec leur cadeau, et que cela veut certainement dire qu’elle doit s’en passer. Sans trop avoir à se forcer - vous connaissez ses goûts en la matière - elle joue le jeu, et c’est donc avec ses bas et nue sous sa robe, que nous arrivons chez Marc et Sophie. Notre amie porte également un porte-jarretelles sur une petite jupe fendue avec un haut assez décolleté.

L’ambiance de la soirée est assez glamour. Rien que de voir le haut des bas et les attaches des portes-jarretelles des femmes lorsqu’elles sont assises dans leur fauteuil est déjà très agréable. La conversation est plutôt orientée sur le sexe, même s’il ne se passe pas grand-chose d’exceptionnel. Nous parlons du club que nos amis fréquentent ; ils nous proposent d’ailleurs de nous y emmener un jour « pour voir », car nous sommes originaires de la même région. Au cours de la soirée, nous parlons de nos goûts respectifs, et notamment en ce qui nous concerne des sorties sans culotte pour Carole. Ils ne peuvent bien sûr pas s’empêcher de demander ce que Carole a sous sa robe, et elle est bien obligée de reconnaître qu’elle ne porte rien. Tous les deux semblent agréablement surpris ; ils le sont d’autant plus que nous comprenons progressivement que, malgré leurs pratiques, notre amie est plutôt du genre pudique. Cela en rajoute un peu plus à l’ambiance de la soirée, même si à ce moment là aucun des deux n’ose demander à en avoir la preuve. Quand Marc a su que Carole « oublie » fréquemment de mettre une culotte, il ne s’y attendait pas du tout ; il la côtoie en effet principalement dans le boulot, et même si elle porte souvent une mini-jupe, elle donne l’impression d’être plutôt sage … comme quoi, il faut toujours se méfier de l’eau qui dort.

Suite à cette première soirée à quatre, les rapports que nous avions ensemble ont notablement évolués. Nous nous sommes reçus à plusieurs reprises, et à chaque fois, nous avons discuté très librement. Ainsi cela nous a fait connaître leurs goûts pour la fessée, pour les tenues très sexys, ainsi que le goût de Sophie pour les femmes. En ce qui nous concerne, ils ont découvert nos goûts pour la photographie en extérieur, pour les sorties sans culottes, ainsi que les penchants légèrement exhibitionnistes de Carole.

L’été suivant, en France, à l’occasion d’un de nos séjours sans enfant dans la région d’enfance de Marc (ils vont toujours y passer quelques jours l’été), nous devions les retrouver pour passer quelques moments ensemble. Nous les retrouvons dans la journée pour un petit tour de la ville et un peu de shopping. Le soir venu, ils passent nous prendre à notre hôtel pour une sortie au restaurant. Les femmes sont habillées sexy. Connaissant nos goûts pour le sans culotte, Sophie nous annonce fièrement dès le début de la soirée qu’elle est nue sous sa jupe. Carole l’est bien sûr également, mais cela n’est guère surprenant. Elle porte une petite robe noire assez décolletée avec un soutien-gorge noir. Tout au long de la soirée sa robe baille au niveau des seins en laissant voir son soutien-gorge. Plusieurs fois, nous lui faisons la réflexion qu’elle aurait mieux fait de ne pas en mettre. A la fin de la soirée, devant notre insistance, elle l’ôte finalement devant nous ; dans le bar de l’hôtel où nous résidons et où Marc et Sophie nous ont raccompagnés, elle profite du calme de la fin de soirée pour, après quelques contorsion dont les femmes ont le secret, arriver à se débarrasser de cette pièce de tissu sans trop dévoiler son anatomie. Elle est alors bien obligée de reconnaître que c’est visuellement bien mieux sans. A part cela, je ne sais plus très bien de quoi nous parlons au cours de la soirée. Je me souviens néanmoins que nos amis nous racontent qu’ils ont fait un séjour à Paris au début du mois, et qu’ils ont notamment visité quelques boites libertines. Dans certaines cela a été plutôt un échec, mais ils gardent un très bon souvenir d’une boite qui s’appelle, je crois, le 2+2 ; certains d’entre vous connaissent certainement l’endroit.

Suite à cette soirée, nous nous retrouvons le lendemain pour une petite promenade dans la région, puis nous nous quittons en sachant que nous nous reverrons après l’été, une fois tout le monde rentré à San Gorasa.

Dès septembre, nous nous revoyons plusieurs fois. A chaque nouvelle rencontre, le sujet de l’érotisme et du sexe n’est jamais très loin ; ce qui permet des discussions franches, sincères dont le contenu change par rapport aux classiques soirées entre amis. Il semble ainsi que maintenant chacun attende ces soirées avec impatience.

Lors d’une de ces soirées, Sophie nous reçoit dans une superbe tenue. Une petite robe noire dont le décolleté profond laisse voir très facilement ses seins (qui sont, il est vrai, plutôt menus), et dont la longueur nous laisse apercevoir le haut de ses bas dès qu’elle se penche un peu pour faire le service. Nous avons ainsi la confirmation qu’elle sait laisser sa pudeur de côté lorsqu’elle se sent en confiance. Cependant, elle ne semble pas encore une franche adepte du sans-culotte. Carole, pour sa part, porte la même robe que celle mise pour notre sortie l’été précédent (il faut préciser qu’à cette époque, c’est la robe la plus sexy de sa garde-robe - rassurez-vous cela changera vite), mais cette fois-ci sans soutien-gorge, et bien sûr toujours sans culotte. Au cours de la soirée, je parle à nos amis de notre promenade d’une journée sur une île, notamment pour illustrer le fait que, lorsqu’elle est sans culotte, cela ne dérange pas trop Carole si le hasard fait que certains s’en aperçoivent ; cette anecdote, une de nos première journée vraiment coquine reste encore aujourd’hui un de nos meilleurs souvenirs.Voici d'ailleurs 2 photos de cette journée.
Marc dit alors qu’il est admiratif que Carole assume ainsi ses goûts et son exhibitionisme. Je rappelle qu’ils travaillent tous les deux dans le même environnement professionnel, et que ce petit secret de Carole est bien loin de l’image que s'en font l'ensemble de ses collègues.

Quelques jours après, pour illustrer notre propos de la soirée, j’envoie un mail à Marc avec le récit complet de cette histoire. Le lendemain en fin de journée, je vais voir Sophie pour régler des petits problèmes de logistiques ; leur maison étant à 100 m de la notre. Je suis sur le point de repartir lorsque Marc arrive. Il me propose l’apéritif, et nous commençons à discuter. Sophie me dit alors « hier soir j’ai eu une lecture très intéressante ». Je ne me doute pas de quoi il s’agit, et je lui demande « Ah , c’était quoi ? ». Elle me répond alors avec un grand sourire « C’était l’histoire d’une certaine Carole, j'ai beaucoup apprécié». J’ai ainsi droit à quelques compliments sur notre récit ; Leurs enfants ne sont cependant jamais très loin, nous ne pouvons donc pas en discuter plus longtemps. Certainement que nous en reparlerons plus tard lorsque nous serons entre adultes. 

Les jours suivants, Marc nous ayant dit à plusieurs reprises que la photographie ce n’est pas trop son truc, et face à l'accueil favorable de notre premier envoi, nous leur envoyons, dans l’attente de notre prochaine rencontre, quelques photos coquines de Carole pour essayer de le faire changer d’avis sur ce point. 

A suivre !

Voilà ! Le cadre est maintenant posé. Nous espérons que cette entrée en matière vous aura mis l’eau à la bouche et que c’est avec une certaine impatience que vous attendez la suite du récit pour savoir comment tout cela va pouvoir évoluer …  n’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires … peut-être que cela accélèrera la publication de la suite.

7 commentaires:

  1. Très bien raconter votre rencontre de se couple.. etes vous rester toujours en contacte? Sont ils de retour en France ou pas?
    Titoudamours

    RépondreSupprimer
  2. Merci Titoudamours ... je ne vais pas tout dévoiler d'un coup ... il faudra être patient pour en savoir un peu plus.

    RépondreSupprimer
  3. Super récit, j'en ai l'eau à la bouche et j'attends la suite avec une impatience non simulée...

    RépondreSupprimer
  4. tres belle histoire qui donne envie

    RépondreSupprimer
  5. Une histoire merveilleusement bien raconter

    RépondreSupprimer
  6. Sympa ce 1er épisode... :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ... es espérant que la suite vous plaira également. Du moins si vous avez le courage d'aller jusqu'au bout.

      Supprimer